Menu

Le Growth hacking, What the fuck ?

Publié le 7 octobre 2015

Le Growth Hacking fait beaucoup parler de lui. J’ai tendance à me moquer des anglicismes à la mode. Alors, quand je tombe sur des articles qui expliquent qu’améliorer son pagespeed google est une technique ninja de growthacker de l’extrême, ça commence mal….

Cela étant, après réflexion, le mot peut avoir du sens ! Mais attention à ne pas l’utiliser à tort et à travers, comme ce qui à pu être le cas pour “web 2.0” notamment !

Diverses définitions

Je suis assez étonné de la difficulté à trouver une définition claire et précise à ce qu’est le Growth Hacking, pourtant ça ne me parait pas bien compliqué si on analyse Growth et Hack. Je lis notamment…

Cependant pour faire une courte définition, le Growth Hacking est un ensemble de techniques qui peuvent être mises en place afin de faire grandir assez rapidement un Business (En mélangeant Marketing, Développement et analyse des résultats).

Source : http://www.growthacking.fr/growth-hacking-definition/

Ou encore

Le growth hacking n’est pas une nouvelle discipline, mais plutôt une nouvelle façon de voir la croissance des entreprises web. Le propre du growth hacking est de faire intervenir tous les métiers du web ensemble pour maximiser la croissance. Elle s’oppose à une vision traditionnelle ou travaillent séparément le marketing chargé de générer du trafic et les développeurs opérant sur le site, suivant des objectifs différents.

Source : http://toiledefond.net/quest-ce-growth-hacking/

Mmmh, j’ai bien lu ces définitions, mais ça me parait compliqué à délimiter !Il y a une histoire d’état d’esprit et il y a une histoire de développement mélangé à du marketing, mais encore ?

Si je demande à mon équipe de dev de concevoir un logiciel pour envoyer des mail à une liste d’adresse email pour faire une campagne d’emailling classique, je ne suis pas bien sûr d’être un Growth hacker. C’est une méthode de promotion ma fois très classique pourtant j’ai bien mélangé les différents corps de métier au service de la croissance.

L’exemple qui pose les bases !

hotmail

Si on a du mal à comprendre l’idée, un exemple peut nous aider.

On prend souvent le cas d’Hotmail qui à réussi à faire connaitre rapidement sa messagerie en mettant un message promotionnel dans la signature de tous les emails envoyé par ses utilisateurs, provoquant ainsi un effet viral.

Ce qu’on peut en dire, c’est que c’est une méthode astucieuse. C’est malin, par contre on ne voit pas bien ce que le développement a à faire là dedans. Alors, pourquoi on en parle dans les définitions plus haut ?

Je vais tenter de vous soumettre ma définition du Growth Hacking qui, je pense, est simple à comprendre et semble correspondre à cet exemple et d’autres.

Pour le définir c’est simple. J’isole Growth et Hacking, deux mots déjà connus, le premier c’est l’objectif, le second c’est le moyen.

Qu’est ce que Growth ?

Alors l’objectif, c’est la partie facile, “Growth” voulant dire croissance… donc croissance de chiffre d’affaire, de prospects, ce que vous voulez, je pense que c’est assez clair !

Qu’est ce que “Hacking” ?

hacking

Le hacking, c’est le moyen, et c’est là que ça se complique, beaucoup confondent hacker et pirate. D’autres vous dirons que c’est un genre état d’esprit créatif. Mmh c’est sympa mais un peu trop abstrait à mon gout.

Hacker un objet veut dire détourner un objet de son utilisation première, on a tous eu recours au hacking à vrai dire.

Un exemple : vous êtes déjà monté sur votre chaise pour changer une ampoule ou atteindre le dernier étage de votre placard ? Vous avez donc hacké une chaise. Effectivement une chaise est un objet pensé pour s’asseoir et rien d’autre !

Avant d’aller plus loin et tendre vers ce qui nous intéresse, regardons les avantages, le premier est économique. En effet si vous n’aviez pas recours à ce hack, que vous utilisez les objets uniquement vis-à-vis de leur fonction première, et bien vous devez vous acheter un marche-pied pour changer votre ampoule !

On retrouve aussi le côté malin et astucieux, bien qu’ici ça ne saute pas aux yeux puisque ce hack est très commun désormais.

Et cette sombre histoire d’état d’esprit de hacker ou growth hacker alors ? C’est quoi ?

On dit que les hackers pensent pas comme tout le monde, qu’il voit au delà des choses. En fait c’est très simple, disons qu’ici un non-hacker, vous lui présentez une chaise, il se dit : ah c’est une chaise c’est fait pour s’asseoir ! Un hacker verra au dela de ce qu’on lui présente en faisant appel non pas à une inspiration créative mais à son pragmatisme…

C’est à dire : Je ne vois pas simplement une chaise, ce que je vois c’est 4 pied sous un plateau, donc je peut effectivement m’asseoir dessus. Je peut me mettre debout dessus, et si je casse la chaise et que j’isole un pied je peux en faire une matraque et tabasser mon voisin bruyant (par exemple !).

(N’allez pas penser que que je sois essentialiste, tout le monde à son coté hacker et à chacun de le développer s’il le souhaites.)

Mais alors, ça n’a rien avoir avec le développement, qu’est ce que ça vient faire là dedans ?

Je suis du même avis, fondamentalement ça n’a rien avoir avoir le développement, cependant ici dans notre environnement numérique, des connaissances algorithmique sont nécessaires. Sur un produit numérique, pour pratiquer du hacking et donc voir au-delà de l’intention qui nous est proposé, comprendre la mécanique technique de l’objet est un atout, contrairement à une chaise ou il n’est pas utile d’être menuiser pour comprendre que c’est un assemblage de bout de bois, ça saute aux yeux !

Et donc le Growth Hacking ?

Donc le Growth Hacking, c’est trouver le moyen de détourner des objets dans l’objectif de faire croître son entreprise(visibilité, ca, etc…). L’avantage peut être économique ou d’utiliser de nouveaux levier.

Growth hacking, Un buzzword vide de sens ?

Si on se limite au SEO, pour tout vous dire, la partie Growth Hacking c’est le Black/Grey hat SEO et on pourrait se demander l’intérêt d’un nouveau mot même si j’ai toujours trouvé la notion “black hat” un petit peu péjorative m’enfin bon !

Cela dit, le hacking dans un objectif de croissance, ne se limite pas qu’au SEO. Il existe des méthodes de hacking pour monter en visibilité sur les réseaux sociaux notamment. Donc ce mot me parait tout à fait pertinent quand il est bien utilisé… Et on verra plus tard que ce n’est pas toujours le cas….

Dans les faits ça donne quoi ?

Cela nous donne effectivement mécaniquement un rapprochement entre les techos qui sont plus à même d’être des bons hackers dans le millieu du numérique et des marketeux qui bossent à la croissance de base.

Le Growth Hacking c’est le mal ?

C’est une question qui mérite d’être posé, effectivement certains reproche au Growth hacking, d’enjoliver ce qu’on aurait pu simplement appeler spam & co…

C’est assez légitime, de la même manière qu’on assimile souvent hack à piratage, pour pirater, on utilise le hacking. Et effectivement beaucoup de techniques de Growth hacking sont éthiquement très discutables. Par exemple utiliser les commentaires de blog pour spammer à la volé, ça fonctionne mais c’est quand même du spam, de la pollution.

Cela étant dit, le hacking n’a pas – par essence – de position éthique, à chacun d’allier ingéniosité et éthique.

Attention tout de même à l’effet “Web 2.0”

Et oui, le mot est récent, mais il désigne un certain nombre de pratiques qui ne sont pas très neuves !

Un peu comme le web 2.0 lorsque le mot est sorti, les sites dit Web 2.0 ne venait pas de sortir (pour preuve Wikipédia qui est le site web 2.0 type !).

Ce que n’est pas le Growth hacking

Petit florilèges des idioties que j’ai pu lire de ci de là… J’ai trouvé cette page qui va me servir de défouloir : : http://yongfook.com/actionable-growth-hacking-tactics.html

Typiquement le genre de mec qui place Growth Hacking partout histoire de rendre n’importe quoi Amazing …

Be fast

Optimiser ses performances serveur => The technique de Growthacking de la mort !

Non… optimiser les performances de son site web de son site c’est très normal.. D’ailleurs Google fournit l’outil pagespeed insight pour sensibiliser les webmasters à cette problématique du SEO…. Optimiser ses performances dans le but d’améliorer l’ux et le taux de conversion est aussi très standard.

2

Faire des campagnes Adwords, optimiser ces campagnes en utilisant les outils de base fournit par Google dans le but de faire ce pourquoi il sont fournit, ah ouais du lourd … Je ne dis pas que c’est une mauvaise idée hein, mais bon c’est comme dire « pour promouvoir un produit, je vous donne une astuce : faites de la pub ! ».

3

Mon dieu 0_0 … J’aime bien le “Seriously”, même lui il se demande si elle va passer celle là…

Ca c’est du Growthacking…

Mass follow twitter

Une technique vieille et très simple mais qui corresponds à la définition du Growth Hacking. Suivre énormément de monde sur Twitter de manière à monter son nombres d’abonnées (follow back), en effet la fonction suivre de Twitter n’est absolument pas penser pour grossir son propre nombre d’abonnées mais pour suivre les actualités d’un autre, donc c’est bien un Hack.

Ça ne rend pas la chose extraordinaire pour autant, on ramasse beaucoup de bot, follow back automatique, mais bon dans la masse si on récupère quelque vrai abonnés, ça vaut le coup.

Le hack est de se dire : je remarque que si quelqu’un me suit : je suis alerté par une notification, et quand le profil me plait je le suit à mon tour alors que cette personne m’était totalement inconnu. Je vais donc profiter de cette « effet secondaire » en la détournant le bouton follow de de son utilisation première en ne suivant pas les gens que je souhaites suivre mais les gens dont je souhaites qu’il me suivent.

Blast netlinking Spamco

J’en ai déjà parlé plus haut mais les commentaires de blog ne sont pas pensés pour être des machines à faire du lien pour monter sur Google, c’est bien un hack !

Je peut dire de même pour les annuaire qui pourtant est un hack très classique désormais. Les annuaires sont initialement pensé pour renseigné l’internautes et permêttre aux webmaster de gagner de la visibilité.

Le hack consiste à se dire : les annuaires me permettent de produire des backlink et je peut les utiliser non pas dans le but du de drainer du traffic direct mais en gagnant des points dans l’algorithme de Google, qui se traduiront à long terme par un gain de traffic provenant de Google.

Aujourd’hui, c’est discutable puisque les annuaires sont la plupart du temps monté de manière à attirer les webmaster justement pour ces raisons même si ces raisons sont inavoués.

Conclusion

Ce que j’en pense, c’est que le terme à du sens, il englobe un certain nombre des pratiques marketing, qui ont en point commun le hacking. A ma connaissance aucun terme ne rassemblait ces techniques sous une même famille et pourtant ça à du sens.

Néanmoins attention à cet effet buzzword :

Ne vous faites avoir par des méthodes bateau banales comme tout qu’on vous re-fourgent sous la mentions “growth hacking tips” pour donner plus waow !

Tout ce qui est véritablement du Growth hacking n’est pas nécessairement révolutionnaire  ou plus viable, ou plus rentable que certaines techniques de marketing traditionnels.

On peut appeler un chat un félin. Néanmoins, même si on pense que le mot félin à son utilité, l’animal qu’on observe reste le même et présente toujours les même caractéristiques qu’auparavant.

C’est un mot de vocabulaire de plus qui permet de décrire avec plus de finesse les choses, pas une nouveauté ni une révolution du marketing.

  • http://www.demarretonaventure.com/ Thibaut – Growth Marketing

    Salut, merci pour cet article.
    Et que penses-tu alors du terme Growth Marketing ? J’ai discuté de cette distinction ici et j’aimerai bien avoir ton avis : http://www.demarretonaventure.com/quelles-differences-entre-growth-marketeur-et-growth-hacker/

    • MitsuC

      Bonjour Thibaut,
      je suis totalement d’accord sur l’obsession à vouloir rechercher un genre de hack ultime qui ferais sauter tous les compteur en trois clics, un peu de sérieux s’impose effectivement, c’est un petit peu comme ceux qui (en SEO) s’acharne à chercher une astuces de ninja, un ingrédient secret qui permet de ranker en 3 clics.

      Par contre, autant je comprends la distinction que tu fais entre le growth hacker et le growth marketeur, seulement le simple marketeur dans tout ça tu le place ou ?
      Dit autrement : « Growth Marketeur », ce n’est pas un pléonasme ?

      J’en profite pour te dire que je suis ton blog depuis un moment ,j’avais beaucoup aimé l’usecase que tu avais fait sur les babyphones vidéos ! Flatté que ce soit toi qui tombes chez moi aujourd’hui =).

      • http://www.demarretonaventure.com/ Thibaut – Growth Marketing

        Oula babyphonevideo ça remonte !
        Je pense que la distinction la plus évidente se trouve dans le fait que le growth marketeur est hyper data-orienté dans le but de créer de la croissance.
        Un marketeur classique sera ok pour faire une pub à la télé sans savoir exactement combien de personnes il a pu toucher, convertir, pourquoi et comment (moi tu auras du mal à me faire faire ça ;) ). Un growth marketeur va être plus enclin à d’abord jouer sur la rétention et la viralité plutôt que seulement sur l’acquisition client comme un marketeur classique.
        Après comme tu dis il n’y a pas d’énorme différence, peut être simplement que l’un est un peu plus geek que l’autre.

  • Albert Fujart

    Bonjour,

    Merci pour cet article. pour compléter votre article, je vous propose une autre source, qui permet de comprendre en 5 minutes ce qu’est le Growth Hacking : http://www.lafabriquedunet.fr/blog/comprendre-growth-hacking-5-minutes/

    Merci et à bientôt,

    Albert.

Mentions légales - Webmaster freelance